Serge Paoletti* dénombre 8 fonctions :
– Soutien : maintient l’intégrité anatomique d’un individu
– Support : engaine tout le système nerveux et tout le système vasculaire et lymphatique
– Protection : par ses formidables capacités d’adaptation aux chocs et aux tensions, il protège tout l’organisme. Il s’épaissit aux endroits de fortes contraintes et, à l’inverse, il reste fin dans les zones de grande mobilité
– Amortisseur: grâce à son élasticité, le fascia amortit les contraintes.
– Hémodynamique : c’est le fascia qui est le « cœur » du retour veineux du sang. Le mouvement de pompe de 8 à 12 cycles par minute permet la progression du sang et de la lymphe.
– Défense : lors d’un traumatisme entrainant une plaie du tissu cutané, la défense contre les agents infectieux commence dans la substance fondamentale des fascias. La défense immunitaire intervient secondairement.
– Communications et échanges : la substance fondamentale transmets aux cellules, à partir de la circulation les éléments nutritifs et à partir des nerfs les informations Elle remporte les déchets des cellules vers la circulation de retour et leurs informations vers les nerfs, la cellule en pâtit.
– Biochimique : les fascias, sous l’influence d’une hyperpression sont capables de se rétracter puis, si la pression redevient physiologique, de revenir à la longueur initiale.

On comprend maintenant que lorsque le fascia est atteint, c’est toute la physiologie qui est perturbée !

*Serge Paoletti est l’auteur de « Les fascias, Rôle des tissus dans la mécanique humaine » Sully éditions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code